Mittwoch, 07.12.2022 - 14h-18h, Espace de conférence IRIS - 2 bis rue Mercoeur, 75011 Paris

« Oser plus de progrès » : quel bilan après un an de coalition « feu tricolore » en Allemagne ?

Entretiens franco-allemands, en coopération avec l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS)

Inscription

Le 8 décembre 2021, après avoir prêté serment, le social-démocrate Olaf Scholz est devenu le nouveau chancelier de la République fédérale d’Allemagne, refermant définitivement les seize années de l’ère Angela Merkel. Les ministres sont issus d’une nouvelle coalition inédite de trois partis, composée des sociaux-démocrates, des Verts et des libéraux. Avec un contrat de coalition intitulé « Oser plus de progrès », clin d’œil au slogan de Willy Brandt qui en 1969 s’était fait élire sur la promesse « Oser plus de démocratie », le gouvernement place le progrès social écologique et économique au cœur de ses ambitions. Alors que la mise en place de cette coalition tricolore (« Ampelkoalition ») et son programme audacieux ont suscité une grande attention, le discours sur le « tournant historique » (« Zeitenwende ») du chancelier Olaf Scholz en réaction à la guerre d’agression contre l’Ukraine pose la question avec plus d’acuité, de la place de l’Allemagne en Europe. Dans ce contexte de « changement historique », les ambitions affichées de la coalition sont-elles encore possibles ? Le programme de la « coalition du progrès » est-il entre-temps devenu caduc, comme l’affirment certains commentateurs ?

 

Programme

13:30 Accueil café 

14:00 Mot d’accueil

Jacques-Pierre Gougeon, Professeur des universités, directeur de l’Observatoire de l’Allemagne, IRIS

Thomas Manz, Directeur du bureau parisien de la Friedrich-Ebert-Stiftung (FES)

14:15 Progrès face à la « Zeitenwende »

L’invasion russe de l’Ukraine et ses conséquences sur l’architecture de sécurité européenne sont venues bouleverser l’agenda de la coalition tricolore et par la même occasion l’ambitieux programme de réformes économiques et sociales, annoncé dans le contact de coalition. La Zeitenwende – ou changement d’ère – annoncée par le chancelier Olaf Scholz révèle une double prise de conscience : le besoin pour l’Allemagne de repenser sa relation à la défense, illustrée par la mise en place d’un fonds spécial de 100 milliards d’euros dédié à la modernisation de la Bundeswehr, ainsi que sa relation à la Russie, sonnant ainsi le glas de la poli-tique du « changement par le commerce » en vigueur depuis les années 1970. Dès lors, quelles consé-quences ce tournant pourrait-il avoir sur l’objectif de « progrès » qui guide la coalition ? L’urgence militaire et énergétique rend-elle caduques les réformes économiques et sociales annoncées ?

Aydan Özoguz, Vice-présidente du Bundestag

Commentaire :

Jacques-Pierre Gougeon, Professeur des universités, directeur de l’Observatoire de l’Allemagne de l’IRIS

Débat

Modération : Gaspard Schnitzler, Co-directeur de l’Observatoire de l’Allemagne de l'IRIS

15:15 Progrès vers la neutralité climatique?

Alors que l’Allemagne vise la neutralité climatique d’ici 2045, soit cinq années avant la France et l’Union européenne, la nouvelle coalition a défini l’atteinte de cet objectif comme « priorité absolue ». Dans ce cadre, l’accord de coalition dévoilé l’automne dernier prévoyait un programme ambitieux de réduction des émissions de gaz à effet de serre décliné dans chaque secteur : électricité, industrie, mobilités, bâtiment. Cependant, le déclenchement de la guerre par la Russie contre l’Ukraine a marqué un tournant obligeant le gouvernement à reconsidérer certaines ambitions inscrites dans l’accord de coalition, notamment la sortie du nucléaire et la sortie du charbon en 2030. Ainsi, dans le contexte géopolitique actuel, comment assurer la sécurité énergétique du pays avec la poursuite des objectifs climatiques ?

Claudia Detsch, Directrice, FES Just Climate Project, Brüssel

Commentaire :

Phuc-Vinh Nguyen, Chercheur sur la politique française et européenne de l’énergie, Institut Jacques Delors

Débat

Modération : Sophie Martiné, Collaboratrice scientifique, FES Paris

16:15 Pause-café

16:45 Investissements d'avenir et finances durables - deux objectifs d'égale importance?

La coalition tricolore a déclaré que les années 2020 seraient la "décennie des investissements d'avenir". Des investissements élevés et durables doivent permettre de relever les défis dans le domaine de la protection du climat et de la numérisation ainsi que la transformation nécessaire de l'économie allemande, sans pour autant renoncer à des finances publiques saines. Dans le cadre européen, elle plaide pour un développement des règles fiscale de telle sorte que les investissements durables et la viabilité de la dette soient garantis simultanément. Avec quels outils et, plus largement, sur quel nouveau pacte social européen ?

Gustav Horn, Professeur d'économie à l'université de Duisburg-Essen, membre du bureau du SPD

Commentaire :

Sylvie Matelly, Economiste, directrice adjointe de l’IRIS

Débat

Modération : Nicolas Leron, Secrétaire général adjoint de l’Institut François Mitterrand et chercheur associé au Cevipof et à l’OFCE, Sciences Po

17:45 Conclusion

 

Traduction simultanée français-allemand

Inscription

Friedrich-Ebert-Stiftung 
Büro Paris

41 bis, bd. de la Tour-Maubourg
75007 Paris
France

+33 (0)1 45 55 09 96
+33 (0)1 45 55 85 62

fes(at)fesparis.org

nach oben